Salut à tous,

On se doit de commencer par un énorme merci … Déjà merci si vous lisez ceci ! Parce que si vous lisez, ça veut dire que d’une façon ou d’une autre, vous vous êtes intéressé à nous, inquiété peut-être, admiré (héhé je plaisante), aidé, et tout ça, c’est beau !

Qu’ils sont beaux ! Même ceux qui sont cachés, qui se sont mis un peu à l’écart, on vous revoit encore le jour du départ 😍

Nous allons tenter de répondre aux questions que l’on nous pose le plus souvent, mais si on en oublie, laissez un commentaire, ça nous fera plaisir d’y répondre.

Allez on commence par la base de toute l’humanité, les tunes !

 

Combien ça coûte un voyage à vélo de 10 mois ?

Nous avons dépensé environ 11 000 € par personne en tout.
4000€ de matériel par personne : vélos que l’on a monté nous même et qui du coup nous ont coûté une blinde, plus de 2000€/vélo, mais c’était canon de se dire que nous avons réussi à assembler tout notre vélo. Et d’ailleurs aucune casse et une seule crevaison (pour Emilie qui ne regarde pas où elle roule ^^) à déclarer sur la totalité du voyage, une belle réussite😁 

Les vélos à plus de 2000 balles💲💲💲 Romain on ne se serait pas un peu craqué là ?!

Le reste des dépenses c’est principalement les vaccins (presque aussi cher que les vélos!), la tente, le matelas, un ordinateur portable, deux téléphones portables, des vêtements techniques, les sacoches de vélo etc.

7000€ environ sur place/personne : nourriture, logements, visites, train quand il y en a eu, avion du retour.

Ça peut paraître peu ou beaucoup pour certains pour 10 mois de vadrouille mais le voyage à vélo est vraiment une solution idéale pour voyager sans se ruiner : pas de frais de carburant, hébergement gratuit possible via la plateforme WarmShowers, on peut faire du camping sauvage très discrètement etc. On passe toute la journée sur le vélo et donc la plupart du voyage est consacré … au voyage justement et non aux visites comme lors d’un tour du monde sac à dos.

Pour conclure si on s’achète un vélo d’occasion et si on aime beaucoup faire du camping sauvage, il y a de quoi s’en sortir pour presque rien. Nous on s’est fait plaisir et on allait souvent dormir à l’hôtel, pour le confort et surtout car on ne voulait pas renier sur la douche 🙂 

Quand il n’y avait pas d’hôtel, on improvisait plus ou moins bien pour la douche !

Si vous voulez plus de détails sur nos équipements et les coûts plus précis tout est répertorié ici.

 

Quel est le moment que vous avez préféré ?

Emilie

L’arrivée en Chine, j’ai trouvé ça tellement génial de se dire qu’on passait une frontière, en l’occurrence celle avec le Tadjikistan et que nous arrivions en Chine. En plus cette dernière est située à 4362 mètres ! On était donc parmi les sommets enneigés, entre quelques gros camions. Pour l’anecdote, on a du attendre près d’une heure devant une barrière baissée car nous étions arrivé à 12 h pile et que durant l’heure du midi, qui n’est donc pas sacrée que pour nous, les gardes partent manger et toute l’activité cesse ! 

A quelques kilomètres du Kulma Pass, plus que quelques coups de pédales avant de passer en Chine !

Et puis quelques kilomètres plus loin, sur la Karakoram Highway  :

C’était magique !

Romain

Difficile à dire, ce n’est pas ce qui manque ! Mais je vais sélectionner un passage où nous étions avec le père d’Emilie et un ami à lui qui sont venus pédaler pendant 10 jours avec nous au Laos. C’était super sympa de les avoir et de partager notre quotidien avec eux. On a eu la chance (ou la malchance) de faire notre montée la plus difficile en leur compagnie. Aimant bien le vélo et les montées, ça reste pour moi un grand souvenir ! Plusieurs heures à souffrir sur des pentes extrêmement raides, une chaleur torride, la faim qui nous gagnait, les kilomètres qui n’avançaient pas et tout le monde qui zigzag sur la route pour essayer d’alléger sa peine :

Ouille ouille ouille… c’est interminable! 

ça reste un grand moment de vélo pour moi, et malgré l’effort, c’est pour ça que j’étais content de faire ce voyage. Car dans cette montée, peu de trafic et une route en bon état, il n’y avait donc que nous et la montagne. Au final, c’est souvent dans les périodes les plus dures que l’on garde les meilleurs souvenirs a posteriori.

 

Un des pires moment ?

Emilie

Dur à dire, on n’a pas eu une énorme galère mais j’en retiens deux. La première c’est 5 jours après être parti, je me claque une tendinite. Impossible d’effectuer le mouvement avec la pédale. Moralement ça a été super dur car ça ne faisait que quelques jours que nous étions sur la route. Il faut imaginer que l’on a tout quitté, famille, amis, job, appart, et on se demande si on va pouvoir réaliser notre voyage. Je ne vous raconte pas l’ambiance de brin pendant quelques jours. Et puis surtout la gestion de l’administratif : l’ambiance de l’hôpital, à devoir attendre un après-midi entier sur une chaise, appeler les assurances, etc., etc.. C’était bien pénible :

Du coup si je dois en retenir quelque chose, c’est de mieux se préparer physiquement la prochaine fois ou démarrer plus doucement. Car c’est vrai que les 92 km avec plus de 1 000m de d+ dans les Ardennes sur la deuxième journée n’a pas du aider. Le tout cumulé avec la fatigue, le stress du départ et les vélos chargés non testés.

La deuxième c’est le cumul de tout au Tadjikistan (un combo gagnant : chaleur, mauvaise nourriture, routes pourries, montées incessantes) mais peut-être que Romain va en parler 😉

Cette photo est « un bon » souvenir pour moi, je me revois au bout de mes forces au Tadjikistan, je ne voyais plus de sens à notre voyage, j’étais à deux doigts d’abandonner et je crois que je n’étais pas la seule !

Romain

Oui clairement le Tadjkistan restera comme la pire épreuve, on se demandait bien comment on allait sortir de cette galère ! J’ai énormément souffert aussi et surtout avec la maladie (une bonne grosse tourista qui a duré très longtemps) ça n’a pas été d’un grand plaisir. Je me souviens d’un moment où il y avait 200km entre 2 villes, donc entre 2 « oasis » de civilisation, et on pensait régler ça facilement en 2 ou 3 jours. Au final, on en a mis 5 sur des routes archi pourries, à manger des Snickers et à boire du « Rc Cola » par 45 degrés… A ce moment là, je ne rêvais que d’une chose, abandonner !

Autre grand moment mais qui n’a duré qu’une journée, celle du 8 juillet, mon anniversaire et ce foutu désert turkmène… tout est relaté ici pour revivre ce grand moment 😊

 

Le plus gros préjugé avant de partir ?

Emilie

Le vol de nos affaires ! J’avais acheté une bombe au poivre, au cas où, et nous sommes partis avec deux cadenas en U de 1,7kg chacun. Je me disais qu’à n’importe quel moment, quelqu’un allait venir voler nos vélos, notre ordinateur portable, ou nos coquillettes… Bref de nature assez anxieuse, je me faisais beaucoup de cinéma. Au fil du temps j’ai appris à me détendre, surtout que dans la plupart des pays que nous avons traversé, les vélos ne sont pas du tout des objets de convoitise. On nous a souvent demandé pourquoi nous n’avions pas de voiture, et oui quand on roule toujours à vélo à l’âge adulte c’est plutôt un signe de pauvreté !

J’ai quand même eu un doute à la frontière entre la Turquie et l’Iran. A savoir que l’on doit se trimbaler avec beaucoup d’espèces sur nous avant d’arriver en Iran car il n’y a aucun moyen de retirer de l’argent (aucun DAB, aucun moyen de demander à une banque, rien de chez rien). La seule solution c’est d’échanger des dollars américains contre des rials,  un comble quand on sait que ce sont les USA qui bloquent tout le pays. Bref donc nous nous baladions, comme tout étranger, avec plus de 1000$ sur nous au fin fond de la Turquie, quand on est arrivé à la frontière avec l’Iran :

Et notre premier change d’argent juste après la frontière :

Je m’attendais à n’importe quel moment à nous faire dépouiller, j’avais déjà fait une croix sur cet argent depuis 200 km ! Au final la seule agression que nous avons eu c’est un homme d’un bon mètre quatre-vingt qui nous a crié dessus à notre passage, avec les bras grands ouverts : « Bienvenue dans mon pays » avec un sourire démesuré. 

Et pour les deux dernières anecdotes à ce sujet, on a donc porté les plus de 3kg de cadenas pendant 10 mois, à se rendre compte qu’un seul suffisait pour accrocher les deux vélos dans 99,9% des cas ! Et accessoirement j’ai malencontreusement gazé la chambre d’hôtel de luxe à Singapour avec la bombe au poivre le soir du nouvel an. Comme je n’en avais jamais utilisé et que je ne pouvais pas la ramener en France, j’étais trop curieuse et je suis allée dans la douche pour faire une petite tentative. Je vais la faire courte mais bien sûr ça n’est pas resté dans la douche et le spray c’est très vite déployé dans toute la chambre, puis un peu dans le couloir, on a du quitter les lieux pendant 3 bonnes heures..Romain n’était pas très content 😉

On ne dit pas non plus que rien n’arrive jamais, certains cyclos ont eu de mauvaises aventures, faut bien sûr faire attention mais grosso modo on a rarement eu des problèmes comparé à tous nos kilomètres parcourus.

 

Où est-ce que l’on mange le mieux ?

Emilie
Au Mac Donalds ! Non je plaisante… En France! Ok je plaisante mais pas tant que ça ! Souvent on s’est dit qu’un simple et bon morceau de fromage nous ferait le plus grand bien. Côté bonne nourriture, on a beaucoup aimé la Turquie, où l’on y sert des Pidés et Lahmacun (sortes de pizzas), de très bons kebabs, des viandes grillées en tout genre avec petits légumes frais, le tout servi avec un Ayran (yaourt à boire) et c’est très agréable à manger.

En Iran, beaucoup de plats à base d’aubergines, donc pas mal aussi, mais souvent assez gras. On a appris dans une auberge de Téhéran à cuisiner le Mirza Kasemi, un plat délicieux que je veux bien vous cuisiner si vous me le demandez!

La cuisine extérieure, quel bonheur ! Dommage qu’à Lille ça ne soit pas pratique 🌦

Le chef cuistot Koohyar qui nous a guidé pour préparer tout ça à l’auberge Heritage Hostel, dans laquelle on a passé beaucoup de temps.

Le même plat présenté au resto !

Romain

Comme Emilie, la Turquie c’est vraiment pas mal et je rajouterai la Thaïlande aussi. Les curry, pad thaïs,… sont mes plats sud-est asiatiques préférés même si rien ne pourra surpasser une bonne raclette comme nous avions pu déguster après 3 jours de voyage chez des hôtes belges fort sympathiques.

Un accueil digne de rois chez Benjamin et Justine que l’on a rencontré sur le site WarmShowers et qui vont nous offrir une raclette ! 

 

Où est-ce que l’on mange le moins bien ?

Emilie 

Facile ! Au Tadjikistan ! Enfin tous les pays en Stan, où le mouton est LE plat roi du pays ! Le mouton est une viande super forte et elle n’est pas gardée dans les conditions idéales selon nos estomacs. Mais au moins au Tadjikistan, ils cuisinent et produisent quasiment tout eux même. Donc on ne critique pas cela bien évidemment mais le riz baigné dans l’huile avec quelques légumes et les soupes imprégnées de mouton pas frais ce n’est vraiment pas facile ni au goût ni à la digestion. 

Chez le « boucher Tadjik », la viande est accrochée à l’ombre d’un arbre sur un montant en métal recouverte dans le meilleur des cas d’un linge pour protéger des mouches.

Romain

Tout pareil 🙂 J’avais un souvenir atroce de la Chine (via un précédent voyage) mais l’Asie Centrale remet les choses à leur place et la Chine passe pour un Eldorado culinaire à côté ! Reste à savoir quelle autre région du monde pourrait battre les pays en Stan ?

 

Où se trouvent les meilleures routes pour pédaler ?

Emilie

Allemagne, France, Autriche, Belgique. Moi qui m’imaginais souvent dans des grands espaces de nature immaculée, je me suis vite rendue compte que l’on passe 90% de notre temps sur la route. Car les chemins sont souvent impraticables ou alors on avance très lentement et on risque d’abîmer les vélos. Donc un moyen d’avancer c’est de rester sur l’asphalte et donc avec nos copains les voitures et les camions.  

Le top 3 des routes les plus dangereuses, Istanbul, Téhéran et Kuala Lumpur (liste non exhaustive)

Romain

Malheureusement et c’était quelque chose qu’on avait pas trop anticipé mais comme le dit Emilie, bah les meilleures routes c’est en Europe de l’Ouest. Après quedal, nada, quedchi. Il y a bien des routes en très bon état dans plusieurs pays (Chine, Thaïlande) mais il s’agit soit d’autoroutes, soit de grandes routes très fréquentées et dangereuses. C’est un peu le point noir du voyage, beaucoup de moments sont gâchés par les conditions de circulation.

Un bel exemple de pétage de câble pour nous, sur la Pamir Highway, un secouage en bon et dû forme du matin au soir.

 

Des bobos, des maladies à signaler ?

Romain

Là on rentre dans mon domaine, ma grande spécialité en voyage même 😉 Rien de cassé ce coup-ci mais les traditionnelles touristas bien carabinées ont fait leurs œuvres une fois de plus. J’ai ajouté une nouveauté à mon panel avec un mal qui ne concerne que les garçons et qui survient après avoir passé trop de temps assis sur une selle 😎 Heureusement, depuis le retour, tout est rentré dans l’ordre !

Emilie

Un peu pareil sur les touristas bien carabinées, ça a commencé en Ouzbékistan. Et puis au fil des mauvaises rencontres culinaires de temps à autres. Sinon j’ai eu la trace de la selle de vélo imprimée en bleu sur les fesses pendant environ 6 mois. Donc je n’irai pas jusqu’à dire « que l’on s’habitue » à cette foutue selle 😁 Et une tendinite au début du voyage mais soignée en 7 jours top chrono grâce à une pause à Munich qui finalement était des plus agréable!

 

Comment vous faisiez votre itinéraire ?

Romain qui s’la colle, euh non qui s’y colle pour préparer l’itinéraire 😉

C’est pas mal de boulot au final ! Il y a eu plusieurs phases dans le voyage :

  • La première en Europe de l’Ouest où on utilisait le GPS Garmin pour s’orienter. Sur ce GPS, chaque soir on préparait l’itinéraire sur Strava qu’il suffisait de suivre le lendemain. Strava c’était vraiment pas mal pour créer les « routes » car il utilise les routes les plus populaires pour les vélos. ça marche très bien par chez nous et de moins en moins au fur et à mesure qu’on s’éloigne.
  • Ensuite on a découvert OSMAnd, une super appli qui calcule plein de trucs pour nous et qui est devenu notre compagnon du quotidien. Il faut signaler qu’après avoir quitté l’Europe, il n’y a pas non plus 15 000 choix dans les routes, donc l’appli servait surtout dans les villes où pour choisir des « lignes » directrices. On calculait en fonction du dénivelé, de la taille des routes,…
  • Emilie avait aussi Maps.me en complément mais qui est beaucoup moins précis et également « iOverlander » qui servait pour trouver des campings sauvages, supérettes,… dans les coins un peu paumé.

Mais clairement c’est une étape importante qui ne doit pas être négligée 🙂 Entre ça et choisir le meilleur hôtel, chaque soir il y avait donc encore du boulot après avoir fini de pédaler !

 

Au final vous repartiriez ou pas ?

Ben oui et plutôt deux fois qu’une ! 

… Enfin… on ne repartirait pas une deuxième fois refaire la même chose 😁

 

Quelles sont vos impressions sur les pays traversés ?

France – Belgique – Allemagne – Autriche :

Dans l’ensemble très bien, propre, bonne bouffe, pistes cyclables, vraiment des bonnes conditions pour faire du vélo. En plus des paysages magnifiques en Autriche.

Par contre il faut se méfier de la météo qui peut être « difficile » sauf si on aime se réveiller à côté d’un tas de neige de 1 mètre 50 au mois de Mars, ou pédaler sous des averses incongrues.

La neige pas forcément prévue au mois de Mars mais bon pourquoi pas

Salzbourg

La fameuse Hallstat

Hongrie – Croatie – Serbie – Roumanie – Bulgarie :

Là on commence à rentrer dans le dur, les pistes cyclables se font très rares, des chiens qui nous fatiguent bien, des grandes routes avec plein de camions. Pas toujours des paysages foufou avec de grands champs qui attendaient d’être cultivés mais surtout une pollution dantesque. Des détritus partout, pas mal de cadavres d’animaux qui traînent sur le bord de la route,.. on a perdu un peu en glamour. Niveau nourriture, ça commence à changer, faut découvrir de nouvelles choses, oublier les baguettes le midi, les bons ptits sandwichs.

Mais aussi des personnes super sympa qui nous hébergent et nous donnent énormément en leçon de vie, magnifique vallée du Danube, des paysages jolis en Bulgarie.

Un bel exemple de « C’est une journée de la lose », Roumanie, vue degueu, pluie, détritus sur la route…ça peut toujours être pire bien sûr mais c’était pas folichon à ce moment là !

Une rue en Serbie

L’architecture de Novi Sad

Une pause dans les vignes de Bulgarie

La forteresse de Veliko Tarnovo

L’un de nos plus beaux bivouac près d’Elena en Bulgarie

Turquie :

Première grande frontière, de la Grèce à la Turquie, c’est deux mondes à part. Univers complètement différent mais super agréable. On est content de quitter les villages déprimants de l’Europe de l’Est pour trouver une autre ambiance. Et surtout l’accueil, l’hospitalité et la générosité incroyable des turcs.

Les gros points noirs de la Turquie : les chiens  et les routes pas trop adaptées (souvent sur l’autoroute). On quitte aussi la notion de camping telle qu’on la connait en Europe. Si on veut camper désormais, ça sera uniquement en camping sauvage.

La Turquie nous ouvre également les portes des nouveaux « caravansérails », ici une station service c’est l’Eldorado d’un voyageur. Nourriture, douche, coin pour planter la tente, c’est the place to be quand on ne sait pas où aller et l’accueil est toujours assuré ! 

C’est un pays immense, diversifié, magnifique.

La cappadoce

Les statues du Nemrut Dagi jonchées sur le sommet d’une montagne

Le grandiose lac de Van

Iran :

Un autre gros morceau du voyage qui ne laisse pas indifférent. Là on rentre dans le champion du monde de l’hospitalité et de la générosité. Les iraniens nous aurons tout fait, c’est du jamais vu niveau gentillesse et prévenance envers nous. Même trop des fois quand des milliers de voitures vous klaxonnent chaque jour pour vous dire bonjour ! 

Niveau route c’est en très bon état mais c’est dangereux. On roule principalement sur de la nationale, très peu de bas côté et un flot incessant de véhicules. C’est d’ailleurs dans ce pays qu’on va commencer à sérieusement « tricher » en prenant le bus et le train. A cela des températures extrêmes et la pratique du vélo devient vite très compliquée.

L’Iran c’est un univers à part, un mode de vie à l’opposé du notre (ils vivent la nuit !) mais une histoire et une richesse culturelle très impressionnante. Sur certains points ça fait penser à l’Inde mais avec une identité très forte et propre à eux.

Téhéran, la capitale frénétique, surplombée par le mont Damavand à 5671 mètres, quand c’est la canicule en centre ville, « il suffit » de prendre une cabine et monter se rafraîchir !

Yazd la ville dans le désert

Ispahan reconnue pour ses magnifiques architectures

Plus de mille ans d’histoire enfouie dans ce caravansérail situé sur la route de la soie, tout proche de la frontière Turkmène. Situé en plein désert, c’était un havre de repos pour les convois de l’époque

Turkménistan – Ouzbékistan – Tadjkistan :

Les pays en Stan nous auront fait souffrir ! On n’aura jamais eu aussi chaud de notre vie, on n’aura jamais vu des routes aussi pourries, on n’aura jamais eu autant de mal à trouver à boire et à manger, bref nous n’avons pas passé un été de tout repos! 

La récompense à ces énormes efforts ? Des paysages magnifiques au Tadjkistan, des villes sublimes en Ouzbékistan et, une fois de plus, une magnifique hospitalité qui caractérise si bien les pays de confession musulmane.

La chaleur torride de l’Ouzbekistan, on était obligé de se couvrir un maximum pour ne pas être brûlé, ce n’est que quelques semaines plus tard que l’on va découvrir les manchettes, dernier élément manquant à notre panoplie anti-uv!

La belle ville de Boukhara 

Un monde nouveau pour nous, grandiose

La route du Pamir

Seuls au monde à plus de 4000 mètres

L’une des plus belle route et une des plus difficile aussi

Chine :

Plus qu’un pays, un empire! Presque 2 mois sur cet immense territoire. Deuxième nouvelle grande frontière psychologique du voyage quand nous réalisons que nous sommes arrivés aussi loin à vélo. On retrouve une variété de saveurs (quoique discutables des fois) mais aussi et surtout du confort. On est surpris de tomber sur de très bons hôtels à prix modique dans quasi toutes les villes. Fini la rudesse de l’Asie centrale, nous allons maintenant profiter de la modernité.

Modernité et surtout les côtés négatifs qui vont avec : destruction de la faune et de la flore, constructions imposantes et démesurées à chaque instant, les chinois ne font pas les choses à moitié et comptent bien dominer le monde d’ici quelques années. 

Niveau route, c’est souvent dans un superbe état mais la conduite des chinois est désastreuse, d’autant plus qu’ils klaxonnent à tout bout de champ, c’est un miracle qu’on ne soit pas sourd! On a aussi pas mal souffert avec les montagnes, ce n’est pas ce qui manque dans l’ouest du pays et on en a enchaîné un sacré paquet.

On approfondi notre connaissance du mode de vie chinois qui ne nous correspond pas toujours mais on tombe surtout sur énormément de personnes extrêmement sympathiques. La Chine, ne laisse pas indifférent!

Notre premier et dernier bivouac en Chine ! Impossible de trouver mieux, on se retrouve à squatter devant une habitation, à plus de 3000 mètres de haut, réveil 5 degrés. On ne réitérera pas l’aventure car c’est interdit de camper en Chine !

Y’a pas à dire, la cuisine nous change ici !

Un chat chinois, ça change n’est-ce pas ?

L’arrivée dans le plateau Tibétain, les monastères, le bouddhisme, les grands espaces, les petits drapeaux qui flottent au vent

En vrac sur plus de 2000 km, les cascades de Huonglong, les gorges du saut du tigre, les pandas de Chengdu, du thé, des rizières

Sous une pluie démentielle, un camping-cariste a absolument tenu à nous faire grimper dans son camion. Incroyable gentillesse de nombreux chinois que nous croiserons !

C’est vraiment le pays sur lequel on n’arrivera pas à un consensus, tout et son contraire, en tout cas une réelle chance de le parcourir en vélo.

 

Laos – Vietnam – Thailande – Malaisie – Singapour :

La dernière ligne droite, comme un gout de vacances. Le Laos et son mode de vie très relax, les douceurs culinaires du Vietnam et son ciel blanc, l’ultra moderne Thaïlande, le mélange des genres pour la Malaisie. Et Singapour, le point d’orgue quasi sur réel de notre périple.

La fin du voyage sera plus plage que vélo, mais c’est mérité !

Et l’improbable arrivée à Singapour ✌✌✌

 

Quelques chiffres

22 pays traversés (France, Belgique, Allemagne, Autriche, Slovénie, Hongrie, Croatie, Serbie, Roumanie, Bulgarie, Grèce, Turquie, Iran, Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Chine, Laos, Vietnam, Thaïlande, Malaisie, Singapour).

12 849 kilomètres sur le vélo

44 nuits en tente  / 34 nuits chez l’habitant ou WarmShowers /3 nuits passées dans un train / 224 nuits passées dans un établissement payant (homestay ou hôtel)

4h30 (du matin) l’heure la plus tôt à laquelle on a commencé à pédaler, une seule fois on vous rassure.

48°C (à l’ombre), la température maximale sous laquelle on a pédalé, c’était en Ouzbékistan

-6°C la température la plus fraîche du voyage, et c’était en tente, la toile avait même gelée !

>1000 les nombres de personnes fabuleuses rencontrées

 

Ce qui ne vous manque pas depuis le retour ?

  • les chiens : saloperies de bestioles 🤗
  • être forcé de marcher pied nus dans les hôtels/magasins/..
  • Les routes pas adaptées aux vélos (gros camions, bande d’arrêt d’urgence)
  • La nourriture douteuse
  • Se badigeonner de 15 litres de crème solaire par jour ^^
  • Faire le lessive à la main tous les soirs 

 

Qu’est ce qu’on retient de bien ?

  • Avoir une gourde thermos pour les zones désertiques, c’était mon objet préféré pendant 2 mois, ce qui nous a permis d’avoir une gorgée fraîche pendant quelques heures.
  • la béquille pour pouvoir poser son vélo n’importe où
  • Le rétroviseur, l’accessoire sécurité indispensable !
  • Avoir un grand chapeau ou un truc dans le genre pour se protéger du soleil
  • Avoir un smartphone et une carte SIM dans chaque pays, c’est tellement pratique et ça nous fait faire des économies au final !
  • Avoir des manchettes anti-UV. On en a acheté en Chine chez Decat’, c’est vite devenu le vêtement fashion
  • Un petit siège pour le camping
  • Moins de chaussettes, ça ne sert à rien 😀 
  • Plus de plaquettes de frein, ça s’use vite !
  • Un pantalon très léger pour les mosquées et l’Iran… vu que le short est interdit
  • Moins d’affaires chaudes, au final on a eu vraiment froid que sur le début du voyage

 

Le mot de la fin 

On a essayé de faire le plus court possible, mais 10 mois forcément c’est long à résumer et du coup il en manque beaucoup des belles choses à raconter. Pour nous le mot de la fin revient aux centaines de personnes rencontrées pendant le voyage. 

La famille qui est venue nous voir, quelques amis qui sont venus nous rejoindre le temps d’une journée jusqu’à une semaine, les WarmShowers qui nous ont ouvert leur porte, et les inconnus qui nous ont offert à manger, à boire, un sourire. Dans le monde entier et sans distinction, l’humanité est belle et généreuse et c’est juste magnifique 🥰

On fait le bilan ✌

26 avis sur « On fait le bilan ✌ »

  • 18 avril 2020 à 18 h 30 min
    Permalien

    Enfin clôturé ce blog de voyage ! Je vais regretter sa lecture régulière ! Encore merci à vous pour ce partage, sa qualité et son contenu si intéressant.
    Bises à vous 2!

    Répondre
    • 23 avril 2020 à 9 h 35 min
      Permalien

      haha oui ! ça y est enfin clôturé, il aura fallu trouver un peu de motivation pour écrire ! D’ailleurs j’ai découvert que c’était assez agréable l’écriture ^^ C’est un bon exercice de mémoire et de communication !
      Un très grand merci pour ton mot, ça fait très plaisir. Et également pour nous avoir garder quelques cartons (on ne vous en veut pas pour le grille pain, c’est peut-être switch qui l’a revendu 😁) !
      A très bientôt, bise à toi & Ronan

      Répondre
  • 18 avril 2020 à 20 h 28 min
    Permalien

    Canon, c’etait un super plaisir de vous lire a chaque episode! Vous devez ressortir tellement enrichis de cette belle expérience. Et vous donnez une image tellement positive des gens et du monde qui nous entoure que cela donne tres envie de voyager. Merci pour ces beaux moments et encore bravo pour votre exploit! De gris bisous

    Répondre
    • 24 avril 2020 à 11 h 46 min
      Permalien

      Salut Marinette !
      Merci beaucoup pour ton mot. Tellement plaisir que tu ais lu ! ça remet les choses en place ce voyage. Sinon on ne s’est pas tellement enrichis à vrai dire, voir un peu appauvris 😁 mais mis à part le côté financier, on ressort grandis effectivement.
      Tant mieux que ça donne envie de voyager et rencontrer du monde, on a hâte aussi de repartir en vadrouille, en France cette année sera parfait.
      Gros bisous et bon courage pour les dernières semaines
      A très bientôt

      Répondre
  • 18 avril 2020 à 23 h 38 min
    Permalien

    Bravo les enfants pour l’ensemble du travail sur ce blog , bravo pour le vélo il en faut du mental !! A un futur projet , à vélo bien sûr 😊 !!

    Répondre
    • 25 avril 2020 à 11 h 55 min
      Permalien

      Merci beaucoup! Oui on se dit qu’on fera un tour de France à vélo la prochaine fois, on a un joli pays à découvrir 😊

      Répondre
  • 19 avril 2020 à 14 h 56 min
    Permalien

    Que dire de plus ! ça été magnifique de vous suivre , de vous lire… Merci mille fois pour ce travail sur le blog qui nous a permis d’avoir des nouvelles régulièrement, de voyager à travers vos photos et BRAVO encore pour cet exploit … merci merci merci

    Répondre
    • 25 avril 2020 à 11 h 57 min
      Permalien

      Merci merci ! Et même si vous n’avez pas été cité dans l’article, c’était super d’avoir les mamans pendant 10 jours avec nous et d’avoir un peu de repos 😁

      Répondre
  • 19 avril 2020 à 15 h 13 min
    Permalien

    Merci les Lu pour ce beau récit ! Emi Lu j’adore le test de la bombe au poivre! ;-D
    Et je veux bien goûter à ce plat aux aubergines 😋
    Super de tout retracer, ça doit vous faire remonter plein de souvenirs. Le voyage continue.
    Bisous !

    Répondre
    • 19 avril 2020 à 21 h 20 min
      Permalien

      Merci pour ce beau résumé. ..contente de vous avoir retrouvés. ..mais c’etait chouette de vous suivre dans ce periple improbable. .on vous a vu fondre a vue d’oeil…on a flippé avec les photos des »stan » …on a decouvert des sublimes paysages…Felicitation d’avoir été jusqu’au bout de l’aventure…que de belles rencontres vous avez faits..de belles personnes vous ont accueillis avec générosité.

      Répondre
      • 24 avril 2020 à 12 h 13 min
        Permalien

        Coucou Mum !
        Très contents aussi de vous avoir retrouvés 😊 Enfin après 10 mois ! Et bravo à vous d’être venus nous chercher à 6h du matin !!! Bel exploit aussi surtout connaissant certains profils de gros dormeurs … sans balancer de noms. C’était un bel accueil dont on se souviendra.
        Gros bisous et puis je te dis à très bientôt j’espère !!

        Répondre
    • 24 avril 2020 à 13 h 15 min
      Permalien

      Salut Mathilde !
      Avec plaisir pour le plat aux aubergines, d’ici quelques semaines ça devrait être possible ! On croise les doigts😉 On se souviendra de ta visite pluvieuse en Belgique, 3 jours après le départ dans les Ardennes belges, et ce resto aux bons « petits » plats à Rochehaut. Une petite parenthèse bien sympathique, à refaire, c’est pas si loin !
      Bisou

      Répondre
  • 20 avril 2020 à 10 h 07 min
    Permalien

    Quelle belle conclusion à ce beau voyage ! Ça donne envie d’aventure ! Hâte de vous voir, bientôt j’espère !
    Bises

    Répondre
    • 24 avril 2020 à 12 h 08 min
      Permalien

      Salut Aurélie,
      Ah oui la rencontre avec petite Elsa n’est pas pour de suite malheureusement. J’espère que l’on pourra la rencontrer avant qu’elle ne fasse ses premiers pas tout de même.
      Merci pour ton mot, c’est vrai que c’est important de conclure. De notre côté, ça a fait remonter un tas de bons souvenirs 😃
      A très bientôt et en attendant prenez bien soin de vous 3
      bisous

      Répondre
  • 20 avril 2020 à 13 h 59 min
    Permalien

    Eh beh !!!! Merci beaucoup pour ce récit fabuleux de vos aventures et de ces magnifiques photos.
    J’ai lu ça avec bcp de plaisir et on en redemanderai bien encore !!!! Bravo à vous 2 !! Gros bisous

    Répondre
    • 24 avril 2020 à 12 h 03 min
      Permalien

      Coucou Amande,
      Merci beaucoup 😃
      Pour la suite on va devoir, bizarrement, attendre un peu! Mais pourquoi pas un joli tour de France pour un prochain voyage, on passera vous voir comme ça, une fois que votre destination sera établie !
      Gros bisous à vous 4 et à très bientôt

      Répondre
  • 20 avril 2020 à 17 h 44 min
    Permalien

    Quel périple! Un grand merci pour le partage de cette superbe aventure! Vous avez su vous accrocher dans les moments difficiles avec courage, mais ce que l on retient du récit sont les paysages magnifiques, l accueil, la générosité ☺ et tous ces kilomètres à vélo!
    Bravo pour cette belle victoire, dont vous ressortez enrichis et encore plus forts…
    Des bises

    Répondre
    • 24 avril 2020 à 11 h 59 min
      Permalien

      Coucou Françoise,
      Merci pour ton très sympathique message. On mesure la chance que l’on a eu, de ne pas avoir trop de galères, de faire toutes ces belles rencontres et d’être en forme pour pouvoir pédaler ! En plus on nous offre à présent un repos de presque deux mois à la maison 😊 héhé !
      Au plaisir de te recroiser à l’Etang, et fais un gros bisous de ma part à Anne et Marcel.
      A bientôt

      Répondre
  • 20 avril 2020 à 21 h 43 min
    Permalien

    Un GRAND BRAVO bien mérité pour tous ces récits qui nous ont fait voyager aussi : très intéressants, enrichissants aussi et si bien racontés ; celà demandait du travail et vous avez été plein de courage. Et il vous en a fallu du courage parfois car tout n’était pas toujours facile. Vous avez été courageux.
    Super les belles rencontres que vous avez faites et très agréables d’avoir eu la famille en visite. Que de merveilleux souvenirs.
    Vraiment SUPER.
    GROS BISOUS
    Agnès et Henri

    Répondre
    • 25 avril 2020 à 12 h 01 min
      Permalien

      Merci beaucoup Agnès, merci aussi et surtout pour nous avoir suivi et tes commentaires réguliers qui nous font toujours autant plaisir. C’est un vrai plaisir d’avoir partagé notre aventure, content que ça plaise 🙂
      Bonne journée!

      Répondre
  • 21 avril 2020 à 8 h 51 min
    Permalien

    J’ai une dernière question, pourquoi Singapour ?
    Respect, admiration pour votre volonté de fer, votre bonne humeur et votre ouverture d’esprit !

    Répondre
    • 21 avril 2020 à 10 h 59 min
      Permalien

      Ha! Oui bonne question 😉 En fait Singapour c’est le plus loin que l’on puisse aller depuis l’Europe en restant uniquement sur la terre ferme (normalement aucun besoin de prendre de bateau ou transport). En fait le trajet a été maintes et maintes fois revu avant le départ. Au début on voulait partir en Amérique, puis on voulait faire la route de la soie et finir par le Japon… Finalement on a fait la route de la soie et on a fini par l’Asie du Sud Est, ce qui nous a permis de finir avec des paysages grandioses, une météo au top et faire un peu de farniente sur quelques plages ! Voilà ! Il nous reste donc beaucoup de coins encore à visiter😊
      Merci pour ton message Léna😃 On espère que vous allez bien en Bretagne. Gros bisous

      Répondre
  • 22 avril 2020 à 11 h 50 min
    Permalien

    Bravo à vous deux pour ce magnifique voyage, challenge, expérience , tranche de vie,…. ou autres dénominations, que vous nous avez fait partager.
    Par ce « Blog  » nous avions aussi nos étapes et prises de recul avec un récit court, simple et de magnifiques photos !!
    A bientôt !!

    Ps : J’allais régulièrement sur ce site et pourtant sans avoir de notifications, de rappel . Juste votre petite carte « One the bike now  » à côté de ma CB . Un vrai ça marche cette carte de visite !!

    Répondre
    • 24 avril 2020 à 11 h 30 min
      Permalien

      Salut Fix,
      Haaa ! Super pour la petite carte, notre premier retour à son sujet ! Canon 😊 C’est un réel plaisir de nous savoir « suivi », pas uniquement pour l’égo que cela flatte mais surtout pour partager ces moments uniques que l’on a eu le privilège de vivre.
      Prêts à repartir à l’assaut du tumulte de la vie d’occidentaux, dès que les portes de notre appartement se rouvrent, et je ne manquerai pas de faire un saut vers Marcq pour boire un café ensemble. A bientôt

      Répondre
  • 27 avril 2020 à 23 h 17 min
    Permalien

    Magnifique ! Je suis presque repartie en voyage avec vous 🙂 Quelle aventure. Vous avez vraiment toute mon admiration. Chapeau les cyclos ! A très bientôt j’espère. Salomé

    Répondre
    • 21 juin 2020 à 12 h 01 min
      Permalien

      Avec beaucoup de retard, un grand merci Salomé 🙂 A très bientôt

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.