433 km
parcourus

31:57 heures
sur le vélo

5 186 mètres
d’ascension

2072 mètres
altitude maximum

7 jours sur le vélo
(62 km/jour)

13.5 km/h
vitesse moyenne

Mercredi 18 septembre, nous quittons la capitale des pandas pour rejoindre Lijiang via Kunming. Un trajet à 260km/h avec le tgv chinois qui nous permettra de faire 1000km dans la journée !

Quand j’étais venu il y a 6 ans, ça avait pris 24 heures dans un horrible bus avec infiltrations d’eau et cafards… les temps ont bien changé.

Nous laissons le Sichuan derrière nous et sommes maintenant en plein dans le Yunnan, cette grande province du sud-est chinois qui fait la frontière avec le Vietnam, Laos, Birmanie,… des noms qui font rêver et qui nous font réaliser qu’on se rapproche de plus en plus de notre objectif.

Lijiang est célèbre pour sa vieille ville qui est très agréable à visiter. Elle a été grandement détruite en 1996 par un tremblement de terre (très courant dans la région) mais reconstruite avec beaucoup de soin. Les minorités étant très nombreuses en Chine, à Lijiang vous pourrez rencontrer les Naxis qui cultivent un art de vivre bien à eux.

Arrivée de nuit dans la vieille ville, Emilie s’essaie au noir et blanc.

La ville est réputée pour son thé mais ce n’est pas vraiment notre tasse en ce moment alors on passe notre tour^^

Les touristes chinois adorent cette ville et les poses photos dans des tenues « traditionnelles ». Nous on adore la bouffe alors on tente les spécialités culinaires des Naxis, des sortes de sandwichs avec un pain spécial :

Une fois n’est pas coutume ce n’est vraiment pas terrible^^

On tente alors la visite d’un joli parc « Black dragon pool » pour se consoler : on est dans l’image d’Epinal de la Chine. Des jolis petits ponts, des temples et des chinois qui se prennent en photo avec nous !

A prendre la pose sur le pont, Emilie a tapé dans l’œil de ces chinois qui veulent tous être pris en photo !

Après la déception du midi, on assurera le repas du soir dans un certain restaurant qui apparaît ci-dessous :

Le lendemain, direction les gorges du Saut du tigre :

Non pas celui-ci mais celui là :

Le grand, le rugissant, l’impressionnant fauve qui aurait échappé aux chasseurs en sautant d’une rive à l’autre via un énorme rocher tombé dans la rivière. Allons voir ça de plus près…

Et ça commence mal ! Aie aie, qu’est ce qu’ils sont entrain de nous faire ? Oui, deux énormes ponts en plein milieu de l’entrée des gorges avec construction de tunnels et tout ce qui s’en suit… Comment tout gâcher en quelques secondes 🙁

On va essayer de faire abstraction de ça et Emilie est prête à en découdre avec cette rando de 2 jours réputée difficile :

On se concentre sur les jolis paysages avec ces gorges qui sont parmi les plus profondes du monde :

On a choisi le chemin de randonnée « haut » (high trail en anglais) qui permet d’avoir une vue d’ensemble sur la rivière, les gorges et les montagnes environnantes. Forcément ce n’est pas tout plat…

Les paysages sont vraiment sympa, c’est même de plus en plus grandiose à mesure que l’on s’éloigne des travaux.

Cette première journée se passe sous le soleil (qui cogne pas mal) avec montées et descentes au programme :

On n’a pas nos vélos mais le programme reste le même : suées, jolis paysages et mal de mollets ^^

Les gorges sont très profondes et les montagnes impressionnantes :

En fin d’après midi on arrive plutôt facilement (les 6 mois de vélo aident un peu) à une guesthouse située à mi chemin et la vue n’est pas dégueu…

… La bière non plus d’ailleurs 🙂

Deuxième jour de marche et le temps se prête plus aux grenouilles qu’à une rando mais on se lance quand même :

Pas dans le vide mais sur sur des petits chemins boueux et glissants, va falloir ouvrir l’œil !

En plus des constructions fort peu élégantes à l’entrée des gorges, on a le droit aux câbles électriques tout le long du trajet, c’est vraiment les 2 gros points noirs de ce site naturel qui mériterait mieux.

Deuxième journée avec quelques pièges :

Mais on s’en sortira bien :

La région est vraiment très instable (pas au niveau politique mais géologique) et nous avons la surprise de découvrir que la route a subi une petite coupure alors que nous étions dans le bus du retour :

Ça ferait un beau menhir à tailler pour Obélix !

Ps: Notez le professionnalisme du randonneur en sandales sur un trail jugé « glissant et abrupt »

De retour à Lijiang, Emilie nous dégote, sans le savoir, le deuxième meilleur restau de la ville (selon le célèbre hiboux) :

De mon avis, la bière était meilleure que les plats mais ça n’engage que moi 😉

Dimanche 22 septembre, retour à Kunming en train pour récupérer nos vélos (qui sont arrivés entre temps de Chengdu).

Alors qu’on avait passé les contrôles de sécurité sur les précédents trains plutôt aisément, voilà qu’une agente fait du zèle et déclare mon couteau Opinel dangereux. Impossible de monter dans le train avec, elle doit le jeter. S’engage alors une partie de « à celui qui gueulera le plus fort », elle appelle la police, on proteste énergiquement en disant que c’est un cadeau familial, on se dit qu’on va finir au poste mais au bout de longues minutes on a finalement le droit de l’embarquer dans le train. C’est la contrôleuse qui le gardera et nous le rendra à l’arrivée, ouf !

Le reste de la journée sera plus calme avec la visite du Lac vert de Kunming :

On est dimanche après midi, il fait beau et les « kunmingois » s’en donnent à cœur joie sur la chanson et la danse :

Un ptit air de carnaval de Dunkerque au soleil :

T’as le look Coco :

On assiste même à une démonstration de danse urbaine hyper rapide et stylisée (bon faut imaginer, forcément sur une photo c’est moins dynamique!) :

Emilie tente quelques pas à l’écart de la foule ^^

La visite se poursuite entre lac :

et forêt :

Serait-on déjà de retour dans le Nord et ses briques rouges ? 

Non (trop de soleil pour ça^^), il s’agit juste de l’université de Kunming avec un campus agréable et des similitudes avec les bâtiments qu’on trouve chez nous.

On finira la journée par un restau vegan avec sushis (je vous rassure ce n’est pas moi qui ai choisi ça !) :

Lundi 23 septembre, vélos chargés, c’est l’heure de se remettre en selle après une pause d’une semaine :

Après le restau bobo d’hier,  place au boui-boui aujourd’hui :

En Chine tous les restaurants ont une note entre A, B et C pour indiquer la « qualité » d’hygiène de l’endroit. Ici on est sur un niveau C, on en déduit qu’on a plus de chances de sortir de là avec une tourista 😉

Notre direction est simple : Plein sud pour aller voir les rizières de Yuanyang en passant par la vieille ville de Jianshui. Le programme s’annonce plutôt montagneux (pour changer) mais aussi très beau car le sud Yunnan est encore un endroit préservé en Chine.

Palmiers, hot-pot chinois, routes démesurées, gros camions et noodles sont les incontournables d’un voyage à vélo dans le sud chinois.

3 jours pour arriver à Jianshui avec, au début, des paysages pas terribles mais ça devient très joli dès qu’on rentre dans des gorges…

… mais aussi beaucoup plus piégieux !

Enfin pas pour tout le monde, Emilie fait des acrobaties sur le vélo :

Ici ce n’est pas le riz qui manque, on se sert à la grosse louche !

Par contre ce qui manque c’est un peu d’hygiène et de distinction de la part des clients :

Là le restau mériterait un bon F, dommage que ça n’aille pas plus loin que C !

La spécialité du coin, faire cramer (vu la tête du four, il n’y a pas d’autres mots) des canards le long de la route pour les manger ensuite…

Pas trop notre truc, alors on aime bien mettre notre grain de sel directement dans les popotes :

 

Les restaurants en Chine ne connaissent pas les desserts, on complète un peu avec quelques friandises :

J’avais demandé un cookie, j’en ai eu 10, on demande un fruit, on repart avec un truc d’1 kg^^ On n’est pas encore complètement au point niveau communication !

 

On est de plus en plus sur des petites routes et ça nous permet de voir la vie paysanne locale :

Les côtes ne nous épargnent pas et ça sera comme ça pendant encore un bon moment :

 

25 septembre, quand on arrive en ville…

… il n’y a pas de trottoir… mais de jolis ponts à voir.

Jianshui est une vieille ville dans le même esprit que Lijiang avec un énorme temple de Confucius à visiter et de jolis anciens bâtiments.

Petit tour d’horizon :

Des drapeaux chinois partout, des petites pancartes annonçant l’événement :

Pas de doute, le 1er octobre et les festivités qui vont avec approchent. Dans quelques jours, on va célébrer le 70ème anniversaire de la fondation de la république populaire de Chine !

La nourriture est tellement bonne ici qu’on s’accorde un petit jour de repos pour en profiter pleinement :

Nan, on déconne ^^

Si on reste, c’est pour visiter les vieilles pierres :

… et pas du tout parce qu’on a trouvé des baguettes, du fromage, du beurre et du jambon au Walmart 😉

Bonheur dans notre bouche qui se poursuivra jusqu’au lendemain midi avec les restes du festin dégustés dans un petit endroit de charme :

Après Jianshui, ce n’est plus du tout la même limonade niveau montées, on a bien fait de prendre des forces car on attaque les grosses montagnes et une moyenne de 1000 mètres de d+ par jour.

En basculant dans la descente d’un col nous nous retrouvons subitement dans un climat tropical. On sent l’humidité, la chaleur moite, la végétation change… ça y est, nous y sommes ! Les sunlights des tropiques s’offrent à nous 🙂 Fini le risque de neige, bonjour le risque des moustiques !

On opte pour une protection quasi intégrale sur le vélo, ça tient chaud mais ça évite les coups de soleil.

Désormais les montées font une quinzaine de kilomètres mais les paysages sont au top :

Si on met plusieurs heures à monter, il ne faut que quelques minutes pour redescendre… enfin pas pour tout le monde :

C’est gentil de nous laisser passer ^^

Samedi 28 septembre, au moment de partir on ne le sait pas encore, mais ça sera une journée record ! Le programme de la journée est simple : monter, monter et encore monter.

Au début tout le monde a le sourire, ça transpire gentiment, les paysages sont jolis :

Mais la route prévue n’existe pas, on doit se rallonger et on va se retrouver à faire 40 km de montée pour plus de 1500 mètres de dénivelé positif et pas une descente pour se reposer !

On arrivera épuisés dans la région des rizières mais les paysages ont beaucoup changé :

On dort dans un petit village touristique complètement « faux » comme les chinois les aiment mais notre sympathique auberge offre une vue sur les rizières :

Oui c’est bien un crabe la statue, la mer est pourtant loin mais on en a vu un sur la route, on n’a pas trop compris d’ailleurs ^^

Ayant fini la veille à la tombée de la nuit, on fini le travail aujourd’hui avec quelques km de montée supplémentaires, sur des pavés sinon c’est moins drôle, pour arriver à Pugaolao.

Pugaolao est un tout petit village où se trouve les terrasses de riz de Duoyishu, endroit sensé être le plus photogénique pour admirer ces constructions humaines dessinées au fil des siècles à force de travail et de sueur.

On ne tombe pas à la meilleure période, le riz a été ramassé et ça manque un peu d’eau mais ça reste agréable à visiter quand même. 

Passage en revue des animaux du coin avec :

Des petits pioupious qui suivent leur maman :

Un coq qui nous réveille beaucoup trop tôt :

Des buffles qui descendent des escaliers :

Et un beau gosse qui prend la pose :

Non pas celui-ci mais celui-là :

 

L’auberge offre une vue canon, Emilie s’est même levée pour l’aurore :

Le café ne sera pas de trop au ptit dej 😉

Lundi 30 septembre, veille de fête nationale, ça monte encore et encore…

…ce n’est que le début d’accord, d’accord :

Des buffles et du riz qui ne rient pas beaucoup :

 

Désormais c’est objectif Laos, à quelques centaines de kilomètres des rizières de Pugaolao et c’est reparti pour un tour :

Nos prochains jours s’annoncent magnifiques et verdoyants, on vous raconte ça très vite !

 

Pour voir toutes les photos de Chine, veuillez cliquer-ici.

Pour voir notre aventure en chiffres, c’est par ici.

Du riz et des buffles, que les montées commencent !

20 avis sur « Du riz et des buffles, que les montées commencent ! »

  • 10 novembre 2019 à 19 h 14 min
    Permalien

    OUah !!! Magnifiques vos photos !!! Bravo encore une fois pour ce récit sympha sympha… ah mince j’ai attrapé la cabrelmanie !
    Merciiiiiiiiii et bisous à vous deux

    Répondre
    • 16 novembre 2019 à 15 h 19 min
      Permalien

      hehe les chansons qu’on écoutent en faisant les articles nous inspirent un peu des fois 🙂 bisous !

      Répondre
  • 10 novembre 2019 à 19 h 36 min
    Permalien

    Merci pour ce nouvel article..Encore de magnifiques paysages , de lhumour.! Super! Bonne continuation pour la suite de vos aventures. Gros bisous

    Répondre
    • 16 novembre 2019 à 15 h 08 min
      Permalien

      Merci pour ton petit mot 😉 Gros bisous

      Répondre
  • 12 novembre 2019 à 16 h 58 min
    Permalien

    toujours aussi dépaysant, drôle et pittoresque!
    bonne route!

    Répondre
    • 16 novembre 2019 à 15 h 10 min
      Permalien

      Merci Joseph 🙂 ça change de nos voyages en Chine avec dk !

      Répondre
  • 12 novembre 2019 à 21 h 49 min
    Permalien

    Ha ! super de vous lire, c’est un plaisir. Tellement bien raconté, avec humour (j’adore) et de magnifiques photos. Merci vous et Bonne continuation. Gros bisous

    Répondre
    • 16 novembre 2019 à 15 h 18 min
      Permalien

      Merci beaucoup Agnès, content que ça te plaise 🙂 On continue en Thailande actuellement, la fin se rapproche petit à petit… bisous et à bientôt

      Répondre
  • 14 novembre 2019 à 20 h 52 min
    Permalien

    Ha Ha….. J’ai bien ri en lisant le reportage de Romain…l’ambiance se relâche, on sent que le terminus n’est plus très très loin (évidemment tout est relatif. A l’échelle de votre périple j’entends). Et ces paysages…les bambous, les lotus, les rizières…Je pense beaucoup à vous. Bonne continuation et MERCI pour ces merveilleux reportages. Gros Bisous. Christine
    Au passage, j’en profite pour donner le bonjour à Sylvie!

    Répondre
    • 16 novembre 2019 à 15 h 12 min
      Permalien

      Hello Christine et Jean-Lou! Merci beaucoup 🙂 Oui même s’il y a encore des petits moments difficiles on se dit qu’on n’est plus très loin et ça nous aide beaucoup ! Gros bisous

      Répondre
  • 14 novembre 2019 à 21 h 41 min
    Permalien

    Beaucoup de travail pour préparer cet article, bravo et merci à vous deux ! C’est bien Romino de photographier nos amis les chats !! Bonne route.

    Répondre
    • 16 novembre 2019 à 15 h 17 min
      Permalien

      Oui surtout que celui-ci était très mignon 🙂 Merci pour tes encouragements, ça fait toujours plaisir !

      Répondre
      • 17 novembre 2019 à 17 h 08 min
        Permalien

        Merci de continuer à narrer votre périple ! Prenez du temps, du bon temps, la lecture est addictive… et ma liste de lieux à visiter s’allonge toujours ! Bises à vous 2

        Répondre
        • 2 décembre 2019 à 14 h 59 min
          Permalien

          Ah oui tu vas avoir pas mal de choses à visiter 🙂 et encore plus de conseils (plus ou moins bons ^^) de moi ! A très vite

          Répondre
    • 2 décembre 2019 à 14 h 57 min
      Permalien

      Merci Fix ! Yes on garde le rythme 🙂 A très bientôt

      Répondre
  • 20 novembre 2019 à 9 h 06 min
    Permalien

    Dans la catégorie « chiffre », je serai curieux de voir l’évolution de la circonférence des mollets.
    Pour la courbe de poids, je m’inquiète pas : Romain a conservé son régime habituel visiblement !
    Vous vendez du rêve (et des courbatures).
    Bravo, les cocos !

    Répondre
    • 3 décembre 2019 à 14 h 20 min
      Permalien

      Salut Fred ! Merci beaucoup pour tes encouragements 🙂 haha bah je crois qu’ils ont rétréci^^ ils suivent la même tendance que la courbe de poids 😀 A toute

      Répondre
  • 20 novembre 2019 à 10 h 21 min
    Permalien

    Nice photo! It seems that Emilie never took my hotel advice on your trip, sad…No, I am kidding. 🙂
    Enjoy the nice trip!

    Répondre
    • 2 décembre 2019 à 15 h 02 min
      Permalien

      haha ! Yes I took your hotel advice ^^ I downloaded the app you told me ! And sometimes we used our creativity to find some original places! But we exit China safely, and that is the most important but now I can not call you anymore to ask new advice that I won’t follow… sad 😉
      See you soon

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.